La voie à suivre pour mettre fin à l’épidémie de VIH au Canada commence par un accès sans obstacles au dépistage au dépistage, au traitement et à la prévention, tous des domaines d’intérêt de J’agis pour savoir. Bien que le Canada ait réalisé des progrès importants dans le dépistage et le traitement du VIH, nous continuons de constater des taux élevés de nouveaux diagnostics de VIH qui ne diminuent pas. La plus récente mise à jour de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a indiqué un total de 2 122 nouveaux diagnostics de VIH en 2019.

Les tests sont une étape nécessaire pour s’assurer que chaque personne vivant avec le VIH au Canada a accès à un soutien et à un traitement qui sauvent des vies, mais ils demeurent un obstacle pour de nombreuses personnes. Au Canada, environ 13 % des personnes vivant avec le VIH ne reçoivent toujours pas de diagnostic, ce qui signifie que plus de 8 000 personnes vivant avec le VIH ne connaissent pas leur statut.

L’autodépistage du VIH a progressé au cours des dernières années et a un rôle important dans les stratégies mondiales de réponse au VIH. En 2016, l’Organisation mondiale de la Santé a recommandé l’autodépistage du VIH comme solution de rechange aux tests conventionnels effectués dans un établissement, ce qui signifie des tests qui doivent être effectués avec un fournisseur de soins de santé dans un environnement désigné.

L’autodépistage du VIH est rapide et peu barrière, peut être effectué en moins d’une minute et est un outil de dépistage très efficace.

La nécessité d’un nouveau paradigme de dépistage du VIH au Canada

Ici au Canada, le premier autodépistage du VIH a été approuvé le 2 novembre 2020 grâce en partie au travail dirigé par REACH Nexus, ce qui fait du contexte actuel un moment unique dans lequel profiter d’un nouvel élan et d’une nouvelle occasion de joindre des gens qui ne sont pas diagnostiqués au Canada.

Sean B. Rourke, directeur et scientifique de REACH Nexus au MAP Centre for Urban Health Solutions, Unity Health Toronto, affirme ce qui suit : « Les autodépistages ouvrent de nombreuses portes en éliminant certains des obstacles aux tests de dépistage du VIH : manque d’accès à un fournisseur de soins de santé, temps de déplacement et d’attente, et préoccupations concernant la confidentialité et la stigmatisation. Ils favorisent également une plus grande confidentialité, une plus grande autonomie et le potentiel de connexions communautaires grâce à des programmes de distribution novateurs et une distribution secondaire d’un autotesteur à un autre. »

Un examen systématique récent de l’ASPC a conclu que les efforts visant à améliorer l’accès aux autodépistages du VIH devraient tenir compte des obstacles et des facilitateurs aux niveaux individuels, des fournisseurs de soins de santé et des politiques. L’ASPC a également noté que ces efforts devraient se concentrer sur l’accessibilité, l’inclusion, la commodité et la confidentialité des services d’essai, et qu’ils devraient être adaptés aux besoins et contextes uniques des populations clés.

Acceptation des autodépistages du VIH dans différents contextes

Les études d’autodépistage sur le VIH ont largement montré des niveaux élevés d’acceptation dans différents contextes et partout dans le monde. Voici quelques-unes des études et des revues clés :

  • Une étude importante menée aux États-Unis par le CDC et Emory University, appelée « eSTAMP », a révélé que le recrutement par Internet d’hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes pour la distribution des tests d’autodépistages du VIH par la poste augmentait le dépistage et la sensibilisation à l’infection par le VIH chez les participants à l’étude et leurs réseaux sociaux. L’étude a identifié l’autodépistage du VIH en ligne comme pouvant contribuer à la prévention de la transmission du VIH. eSTAMP a montré une proportion élevée d’infections identifiées au cours des 3 premiers mois, et une proportion constamment élevée d’infections identifiées parmi les partenaires ou les pairs qui ont obtenu leur trousse des participants à l’étude au cours de l’étude de 12 mois. L’étude a également montré que le fait d’offrir l’autodépistage du VIH en ligne était rentable.
  • L’étude SELPHI menée par Terrence Higgins Trust au Royaume-Uni a exploré comment les utilisateurs de l’autodépistage ont vécu l’autodépistage du VIH. SELPHI a également examiné les répercussions de ceci pour le développement et l’augmentation des interventions. Les données SELPHI ont révélé que les hommes étaient motivés à accéder à l’intervention parce que l’autodépistage du VIH a réduit les obstacles liés à la commodité, à la stigmatisation et aux préoccupations en matière de confidentialité. Les participants à l’étude SELPHI ont exprimé un degré élevé d’acceptation et d’enthousiasme pour l’autodépistage.
  • Un examen systématique de 23 études a révélé une acceptation élevée de l’autodépistage du VIH parmi certaines populations clés dans des groupes de personnes à revenus principalement élevés. Cet examen a également indiqué que l’autodépistage du VIH est une approche qui peut aider à inverser les inégalités sociales et de santé en matière d’accès au test de dépistage du VIH pour les personnes qui font face à des obstacles à l’accès aux services du VIH.

Des études similaires ont rapporté une acceptabilité quasi universelle (80 % à 96 %) des autodépistages du VIH parmi la population générale, avec des taux similaires pour les personnes de tous les sexes. Ces études comprennent :

Dans une étude spécifique sur l’autodépistage du VIHINSTI au Kenya, les chercheurs ont rapporté que le test était exact à plus de 99 % par rapport aux tests de laboratoire. 96,61 % des participants ont convenu qu’ils utiliseraient à nouveau la trousse de test, alors que 97,18 % recommanderaient son utilisation à un partenaire sexuel.

Obtenir l’approbation de l’autodépistage du VIH au Canada

Ces premières études ont permis d’établir les bases de l’expansion des autodépistages du VIH dans tous les pays, y compris ici au Canada. L’étude menée par REACH Nexus qui a mené à l’approbation en novembre 2020 de l’autodépistage du VIH INSTI de BioLytical, une étude visant à évaluer l’exactitude, la convivialité et la lisibilité de l’autodépistage du VIH INSTI effectué par les utilisateurs prévus observés au Canada, a montré des niveaux élevés d’exactitude, de convivialité et d’acceptabilité de l’autodépistage des participants.

Notre étude a révélé que l’autodépistage de dépistage du VIH INSTI avait une sensibilité de 100 % et une spécificité de 99,5 %, ce qui dépasse le niveau de rendement minimal requis de 99 % par Santé Canada. Il a également découvert que les participants à l’étude exprimaient un niveau élevé de satisfaction à l’égard de l’expérience d’autodépistage du VIH :

  • 96,7 % des participants ont trouvé que les instructions d’utilisation étaient faciles à suivre;
  • 96,2 % ont trouvé que le dispositif d’autodépistage était facile à utiliser;
  • 94,7 % des participants utiliseraient à nouveau l’autodépistage du VIH INSTI;
  • 95,5 % recommanderaient son utilisation à un partenaire sexuel ou à un ami.

Un regard sur l’avenir : adopter le potentiel de l’autodépistage du VIH au Canada

À ce jour, environ 60 pays ont élaboré des politiques nationales sur l’autodépistage du VIH. Le Canada n’en est pas encore un. L’autodépistage étant désormais disponible au Canada, le moment est venu de faire preuve d’un leadership national et d’élaborer des stratégies coordonnées pour mettre en œuvre et élargir les options de dépistage afin de toucher toutes les personnes susceptibles de bénéficier d’un accès au dépistage, aux soins et à la prévention, et de mettre fin à l’épidémie au Canada.

Notre programme de recherche J’agis est l’une de ces stratégies nationales coordonnées visant à atteindre les personnes non diagnostiquées au Canada par le biais de l’autodépistage du VIH et en favorisant les liens avec les soins et la prévention.